Definitions > Accueil

Communauté

Devenir membre

Obligation / contrainte

La contrainte nous force sans nous laisser le choix. Elle prend la forme d’une nécessité physique à laquelle je n’ai pas le pouvoir d’opposer un refus. La loi de la pesanteur ne " m’oblige pas à tomber " si je chute, elle me contraint.

L’obligation
au contraire repose sur le choix, même si en apparence on se sent aussi au cœur d’une contrainte (c’est donc un paradoxe, pas une contradiction – voir la distinction conceptuelle à ce sujet). Dans l’obligation, je suis à la fois législateur et sujet parce que j’y adhère librement et même s’il peut me sembler parfois être systématiquement sujet de mes obligations (obligations scolaires, obligations familiales, obligations morales…), il n’empêche que jamais elles ne me contraignent parce que je pourrais très bien m’y soustraire malgré les risques que je prends.

On trouvera dans le Contrat social de Rousseau une problématisation de cette distinction : celui qui adhère au pacte social en quittant l’état d’isolement et d’indépendance naturelle est obligé d’obéir à ses règles et à la communauté, sachant qu’en réalité, il n’obéit finalement qu’à lui-même en vivant une obligation et non une contrainte. Rousseau exprime ainsi le dilemme (chapitre VI) :" Trouver une forme d’association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun s’unissant à tous n’obéisse pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant. -Tel est le problème fondamental auquel le contrat social donne la solution. "

On peut noter également que les lois morales m’obligent mais ne peuvent me contraindre et c’est même leur condition de possibilité. Si elles me contraignaient, je ne serais pas responsable de mes actes mais totalement déterminé par un instinct par exemple… ce qui ruinerait jusqu’à la possibilité même de parler de bien ou de mal.

Pour terminer cette distinction, rappelons que la notion d’obligation suppose l’existence d’un lien entre deux parties instaurant une réciprocité. L’expression " je suis votre obligé " témoigne d’un tel lien qu’on ne retrouve pas dans la contrainte où une partie subit l’action de l’autre sans autre relation que la force.