Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Les hommes sont excusables mais on peut les juger

" Un homme à l'âme impuissante ne peut se plaindre de ce que Dieu lui ait refusé la vigueur, la véritable connaissance et l'amour de ce Dieu, mais lui ait donné au contraire une nature d'une faiblesse telle qu'il ne peut ni contraindre ni modérer ses passions. Car rien d'autre n'appartient à la nature d'une chose que ce qui suit nécessairement de sa cause. Et personne ne peut nier, à moins de s'opposer aussi bien à l'expérience qu'à la raison, qu'il n'appartient pas à la nature de n'importe quel homme d'avoir une âme forte, et qu'il n'est pas plus dans notre pouvoir d'avoir un corps sain qu'une âme saine (...).
Mais je nie que, à cause de cela, tous doivent atteindre la béatitude : les hommes, en effet, peuvent être excusables et cependant ne pas jouir de la béatitude, mais souffrir mille maux. Un cheval, en effet, est excusable d'être cheval et non pas homme : mais néanmoins, il doit être cheval et non pas homme. Celui qui devient enragé par la morsure d'un chien est excusable, mais l'on a pourtant le droit de l'étrangler. Et celui, enfin, qui ne peut gouverner ses désirs ni les maîtriser par la peur des lois est certes justifiable en raison de sa faiblesse, mais il ne peut cependant pas jouir de la tranquillité de l'âme, de la connaissance et de l'amour de Dieu, et il périt nécessairement. "

Spinoza, Lettre à H. Oldenburg