Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Il n'y a pas de philosophie sans travail

"C'est que non seulement la paresse naturelle, mais aussi la présomption des hommes (liberté mal entendue), font que ceux qui ont de quoi vivre, que ce soit largement ou chichement, se prennent pour des seigneurs quand ils se comparent aux gens qui doivent travailler pour vivre. -L'Arabe ou le Mongol dédaigne le citadin et se prend pour un seigneur en se comparant à lui, car vagabonder au désert avec ses chevaux et ses moutons est plutôt du divertissement que du travail. C'est une malédiction que le Toungouse des bois entend jeter à son frère quand il lui dit: "Puisses-tu élever ton propre troupeau comme le Buriate !" Le frère renchérit sur l'imprécation en disant: "Puisses-tu labourer la terre comme le Russe" Ce dernier dira peut-être selon sa façon de penser : "Puisses-tu être assis à une machine à tisser comme l'Allemand !"- En un mot, tous se prennent pour des seigneurs dans la mesure où ils se croient dispensés de travailler ; et suivant ce principe on est récemment allé si loin dans cette voie que voici que s'annonce de façon ouverte et déclarée une prétendue philosophie pour laquelle point n'est besoin de travailler; il suffit de prêter l'oreille à l'oracle au-dedans de soi-même et d'en faire son profit pour s'assurer l'entière possession de toute la sagesse qu'on peut attendre de la philosophie ; et cela sur un ton qui montre que ses tenants entendent bien ne pas être mis au rang de ceux qui sur le mode scolaire s'estiment tenus de progresser lentement et prudemment de la critique de leur faculté de connaître à la connaissance dogmatique, mais que - sur le mode génial - ils se font fort d'effectuer d'un seul regard pénétrant sur leur intérieur tout ce qu'un travail appliqué peut jamais procurer et bien davantage encore. Des sciences qui exigent du travail, comme les mathématiques, la science de la nature, l'histoire ancienne, la philosophie, etc. beaucoup peuvent bien s'enorgueillir de façon pédante ; mais il est réservé au philosophe de l'intuition de jouer les grands seigneurs, lui dont la démonstration n'a pas à gravir la pente par le travail herculéen de la connaissance de soi, mais à qui une gratuite apothéose permet en son survol de la dispenser d'en haut : car il y parle de sa propre autorité et, de ce fait, il n'est tenu de rendre raison à personne. (...)
Au fond, c'est bien toute philosophie qui est prosaïque, et proposer aujourd'hui de se remettre à philosopher poétiquement pourrait bien passer pour proposer au boutiquier de ne plus écrire désormais ses livres de compte en prose, mais en vers.
Impossible de philosopher sans un travail scolaire et prosaïque. "

Kant, D'un ton grand seigneur adopté en philosophie