Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Les croyances " métaphysiques " de la science

« Il existe une profonde illusion qui s'incarne pour la première fois dans la personne de Socrate : la croyance inébranlable que la pensée, s'appuyant sur la causalité, est capable de pénétrer jusqu'à la racine de l'être, qu'elle peut, non seulement connaître celui-ci, mais encore le corriger. Cette sublime illusion métaphysique s'associe à la science comme un instinct et la conduit sans cesse à sa limite où elle se convertit en art.
(…) Socrate est le type de l'optimisme théorique qui, en croyant pouvoir pénétrer la nature des choses, confère au savoir et à la connaissance la vertu d'un remède universel et voit dans l'erreur le mal en soi. Pénétrer la raison des choses, distinguer la connaissance vraie de l'erreur et de l'apparence, voilà ce que l'homme socratique tient pour la plus noble activité et même, pour la seule qui soit digne d'un homme.
(…) Mais la science, éperonnée par sa puissante illusion, court sans cesse à ses limites contre lesquelles se brise l'optimisme caché dans l'essence de la logique. »

Nietzsche, Naissance de la tragédie