Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

la conscience est faible et fragile

« La conscience est la dernière et la plus tardive évolution de la vie organique et par conséquent ce qu'il y a de moins accompli et de plus fragile en elle. (…) Si le groupe conservateur des instincts ne la surpassait pas infiniment en puissance, s'il n'exerçait pas dans l'ensemble un rôle régulateur, l'humanité périrait inéluctablement de ses jugements à contresens, de sa manière de rêvasser les yeux ouverts et de sa crédulité, bref de sa conscience.(…) Avant qu'une fonction soit développée et mûre, elle exerce un danger pour l'organisme.
On croit que c'est là le noyau de l'homme : ce qu'il a de permanent, d'éternel, d'ultime, de plus originel ! On tient la conscience pour une quantité stable donnée ! On nie sa croissance, ses intermittences ! On la conçoit comme "unité de l'organisme" ! Cette surestimation et cette méconnaissance ridicules de la conscience ont eu pour heureuse conséquence d'avoir empêché son élaboration trop rapide. Parce que les hommes croyaient déjà posséder la conscience, ils se sont donnés d'autant moins de mal à l'acquérir. »

Nietzsche, Le Gai Savoir