Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Le besoin de philosopher

« La philosophie est renvoyée au libre besoin du sujet. Il n’y a pour ce dernier aucune espèce de contrainte l’amenant à philosopher, bien plutôt ce besoin, là où il est présent, doit etre inébranlable en face d’entreprises de mise en suspicion et de dissuasion. Il n’existe que comme une nécessité intérieure qui est plus forte que le sujet lui même, par laquelle son esprit est poussé alors sans repos afin qu'il vainque et procure à l’impulsion pressante de la raison la jouissance qui en est digne. Ainsi, sans être stimulée par une autorité quelconque, par l'autorité religieuse elle non plus, tenue bien plutôt pour un superflu et un luxe dangereux ou du moins qui fait réfléchir, l'activité s'occupant de cette science se tient d'autant plus librement dans le seul intérêt de la chose et de la vérité. Si, comme le dit Aristote, la théorie est ce qui renferme "la plus grande béatitude" et, parmi le bien, est le "meilleur", ceux qui sont participants à cette jouissance savent ce qu'ils ont en elle, la satisfaction de la nécessité de leur nature spirituelle. »

Hegel