Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Peut-on faire de l'amour une valeur?

" Cupidité et amour : quels sentiments, ô combien différents ne nous suggère pas chacun de ces termes ! -et cependant il se pourrait que ce soit la même impulsion, doublement désignée, tantôt de façon calomnieuse du point de vue des repus, en qui cette impulsion a déjà trouvé quelque assouvissement, et qui craignent désormais pour leur " avoir " , tantôt du point de vue des insatisfaits, et par conséquent glorifiée en tant que " bonne impulsion ". Notre amour du prochain, n'est il pas impulsion à acquérir une nouvelle propriété ? C'est l'amour des sexes qui se trahit le plus nettement comme impulsion à posséder un bien propre : l'amant veut la possession exclusive de la personne qu'il désire, il veut exercer une puissance non moins exclusive de son âme que sur son corps, il veut être aimé d'elle à l'exclusion de tout autre, habiter et dominer cette âme comme ce qu'il y aurait de plus suprême et de plus désirable pour elle. On alors de quoi s'étonner que cette cupidité sauvage de l'amour sexuel ait pu être glorifiée et divinisée à ce point, ainsi que cela s'est fait à n'importe quelle époque, que même on soit allé jusqu'à tirer de cette sorte d'amour la notion de l'amour en tant que le contraire de l'égoïsme, alors qu'il s'agit peut-être de l'expression la plus effrénée de ce dernier. Sans doute se trouve-t-il ça et là sur la terre une sorte de prolongement de l'amour au cour duquel cette convoitise cupide et réciproque entre deux personnes a cédé à une nouvelle cupidité, à la soif supérieure commune d'un idéal qui les transcende : mais qui donc connaît cet amour ? qui l'a éprouvé ? Son vrai nom est amitié. "

Nietzsche