Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Comment nous représentons-nous le temps ?

"Tout ce qui a rapport au temps est déformé dans nos discours par ces métaphores trop faciles qui sont prises de nos voyages."demain je serai a Marseille."Marseille attend, le voyageur s'en approche, la découvre, la visite, et la fait ainsi passer de l'avenir au présent et aussitôt au passé. Toutefois, la ville n'a point changé beaucoup. Elle existait avant d'être sous mes yeux et devant mes pieds. D'ou vient cette idée sommaire que nous ne changeons point l'avenir, mais que nous le découvrons. Remarquez que, même en un tel exemple, l'idée est fausse à mieux regarder, car, pendant que je m'approche de la ville, elle s'écroule peu à peu, elle se bâtit un peu,les habitants y font mille tours et vieillissent en même temps que la ville. Et moi même, sans compter les changements de mon humeur et de mes idées, enfin, quand j'y suis, elle est autre puisque j'y suis. Si la ville s'appelait Yokohama, si la terre tremblait dans le moment, ou si le visiteur était Attila avec son armée, les changements seraient plus sensibles. Les choses qui vont régulièrement, et que nous avons coutume d'attendre, nous donnent une idée de l'avenir qui est du même genre, et qui est incomplète et sommaire aussi. J'attends le soleil, il ne manque point de se lever selon l'almanach, je sais qu'il ne naît point de la mer, mais qu'il se lève déjà pour d'autres lieux, et qu'il se couche pour d'autres, j'attends ces rayons à marche connue qui balayent la terre. J'attends un train, je l'entends au pont métallique, la sonnerie, la fumée, le sifflet me le signalent. D'où cette autre idée que l'avenir vient vers moi quand je ne vais vers lui. ... La première idée est vraie autant que les choses restent à leur place. La deuxième est vraie autant que les choses s'approchent de nous par leur mouvement. Mais le temps marche tout à fait autrement qu'un train."

Alain