Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

La critique du cogito chez Descartes

" Il en est de l'existence comme du mouvement : il est très difficile d'avoir a faire a elle . Si je les pense je les abolis, et je ne les pense donc pas. Ainsi il pourrait sembler correct de dire qu'il y a quelque chose qui ne se laisse pas penser: l'existence. Mais alors la difficulté subsiste que, du fait que celui qui pense existe, l'existence se trouve posée en même temps que la pensée (...)Un penseur abstrait existe bien, mais qu'il existe est plutôt une satire sur lui même. Qu'il trouve son existence par le fait qu'il pense est une bizarre contradiction, car dans la mesure même ou il pense abstraitement il abstrait justement du fait qu'il existe. Le cogito ergo sum de Descartes n'a été que trop répété . Si on comprend par ce je du cogito un homme particulier, la phrase ne prouve rien: je suis pensant, ergo je suis, mais si je suis pensant se n'est pas une merveille que je sois, c'est déjà dit ,la première partie de la proposition dit même plus que la dernière. (...) De toute autre réalité que le sienne propre , il n'est vrai que l'on peut savoir quelque chose que par la pensée. En ce qui concerne notre réalité propre, cela dépend de la question de savoir si la pensée réussit a faire complètement abstraction de la réalité. C'est ,a vrai dire , ce que veut le penseur abstrait, mais cela ne lui est d'aucuns secours: il continue pourtant a exister."

Kierkegaard