Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

Le polythèisme

« Si la contemplation des œuvres de la Nature avait conduit les hommes à la connaissance d’un pouvoir supérieur, intelligent et invisible, ils n’auraient jamais attribué qu’à un seul être la production et l’arrangement de la grande machine de l’univers ; ils n’auraient jamais pu se figurer que ce plan régulier, que ce système dont toutes les parties sont si bien proportionnées, fût l’ouvrage de plusieurs. Mais si, d’un autre côté, quittant les oeuvres de la Nature, nous cherchons les traces d’un Pouvoir invisible dans les événements de la vie humaine, la variété et la contrariété que nous y trouvons nous conduira nécessairement au polythéisme, et nous fera reconnaître plusieurs Divinités bornées et imparfaites. Ce que le soleil fait mûrir est ravagé par la tempête ; les plantes qui se nourrissent de l’humidité des pluies et des rosées sont desséchées par les ardeurs du soleil. Ici une nation que sa famine désole trouve sa ressource dans la guerre ; là les maladies et la peste dépeuplent un royaume florissant, qui nage dans l’abondance. Concluons-en qu’aucune des nations idolâtres n’a puisé ses premières idées religieuses dans le spectacle de la Nature. L’intérêt que les hommes prennent aux divers événements de la vie, les espérances et les craintes dont sans cesse ils sont agités voilà la vraie source de ces religions. »

Hume