Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

La philosophie, l'âme et le corps

-"Ainsi donc, c'est certain, à tous ces désirs sans exception, ils leur disent adieu, Cébès, les hommes qui ont souci de l'âme qui est la leur, qui ne passent pas, au contraire, leur existence à façonner leur corps! La route qu'ils suivent n'est pas la même que celle des autres car ceux-ci ne savent pas où ils vont ; quant à eux, estimant qu'on ne doit pas agir en opposition à la philosophie, à ce qu'elle fait pour nous délier et nous purifier, c'est donc de ce coté là qu'ils se tournent, suivant la philosophie dans la voie où elle les guide.
-Comment cela Socrate ?
-Je vais te le dire, répondit Socrate. Voici une chose, en effet, continua-t-il que connaissent les amis du savoir : quand leur âme est prise en main par la philosophie, c'était une âme tout bonnement enchaînée dans un corps et collée à lui, forcée d'autre part de regarder les Réalités à travers lui comme à travers les grilles d'une prison, au lieu de les regarder toute seule, à travers elle-même, vautrée enfin dans une totale ignorance; ce qu'il y a en outre d'extraordinaire dans cette grille, la philosophie s'en est rendu compte, c'est qu'elle est constituée par le désir en sorte que personne ne contribuerait autant que l'enchaîné lui-même à faire qu'il soit enchaîné ! Oui, voilà ce que je dis : c'est que les amis du savoir connaissent la manière dont la philosophie, quand elle a pris en main une âme dont elle est la condition, la sermonne avec indulgence et entreprend de la délier : en lui faisant voir toute l'illusion dont surabonde une recherche qui se fait par le moyen des yeux, toute l'illusion de celle qui a pour instruments les oreilles et les autres sens ; en lui persuadant de s'en reculer autant qu'elle n'est pas forcée d'y recourir ; en lui recommandant de se recueillir, et de se ramasser elle-même et par elle-même, de n'avoir confiance en nul autre, sinon elle-même en elle-même, quelque soit la Réalité, Réalité en soi et par soi, sur laquelle elle porte sa pensée ; de ne considérer en l'objet saisi par les sens que du sensible, que du visible, alors que ce qu'elle voit, elle, c'est l'Intelligible, l'invisible!"

Platon, Phédon