Dossiers > Accueil

Communauté

Devenir membre

La science de l'Etat diffère de la morale au regard de la justice

Si la morale ne considère que l'action juste ou injuste, si tout son rôle est de tracer nettement, à quiconque a résolu de ne pas faire d'injustice, les bornes où se doit contenir son activité, il en est tout autrement de la théorie de l'état. La science de l'Etat, la science de la législation n'a en vue que la victime de l'injustice; quant à l'auteur, elle ne l'aurait cure, s'il n'était le corrélatif forcé de la victime; l'acte injuste, pour elle, n'est que l'adversaire à l'encontre de qui elle déploie ses efforts ; c'est à ce titre qu'il devient son objectif. Si l'on pouvait concevoir une injustice commise qui n'eut pour corrélatif un injustice soufferte, l'Etat n'aurait logiquement pas à l'interdire. Aux yeux de la morale, l'objet à considérer, c'est la volonté, l'intention ; il n'y a pour elle que cela de réel ; selon elle, la volonté bien déterminée de commettre l'injustice, fût-elle arrêtée et mise à néant, si elle ne l'est que par puissance extérieure, équivaut entièrement à l'injustice consommée ; celui qui l'a conçue,, la morale le condamne du haut de son tribunal comme un être injuste. Au contraire, l'Etat n'a nullement à se soucier de la volonté, ni de l'intention en elle-même ; il n'a affaire qu'au fait (soit accompli, soit tenté), et le considère chez l'autre terme de la corrélation, chez la victime ; pour lui donc il n'y a de réel que le fait, l'évènement. Si parfois il s'enquiert de l'intention, du but, c'est uniquement pour expliquer la signification du fait. Aussi l'Etat ne nous interdit pas de nourrir contre un homme des projets incessants d'assassinat, d'empoisonnement, pourvu que la peur du glaive et de la roue nous retienne non moins incessamment et tout à fait sûrement de passer à l'exécution. L'Etat n'a pas non plus la folle prétention de détruire le penchant des gens à l'injustice, un motif plus fort encore, propre nous détourner ; et ce second motif, c'est un châtiment inévitable.

Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation